Un laboratoire d'ingénierie à parité hommes-femmes

«Au sein de ce laboratoire, nous croyons à l'égalité des sexes et des genres.» Cette mention, parmi d'autres, est affichée à l'entrée du Laboratoire d'ingénierie de la réadaptation de l'Université Laval, au pavillon Adrien-Pouliot. Sur les 13 membres de l'équipe du professeur Alexandre Campeau-Lecours, 6 sont des femmes, soit 46%. Un chiffre qui a son importance au Département de génie mécanique, dont l'effectif féminin est de 15% au baccalauréat cette session-ci.

«La diversité en général, c'est super important. Quand on est toutes ou tous pareils, on pense pareil, on fait et on répète les mêmes choses et on reste dans les mêmes chemins. Pour faire une analogie avec le hockey, ce serait comme avoir six personnes à l'attaque, sans personne à la défense ou dans les buts. La diversité amène plusieurs points de vue, elle nous sort de nos moules et nous amène plus loin», plaide le professeur Campeau-Lecours, à l'approche de la Journée internationale des femmes et des filles de science, le 11 février.

Poursuivez votre lecture en consultant l'article d'ULaval nouvelles.

Jade Clouâtre, étudiante au doctorat en génie mécanique, et Charles Doyon, professionnel de recherche, travaillent à la conception d’un robot d’assistance.