Un nouveau programme de chaires conjointes entre l'Université Laval et Sorbonne Université

L'Université Laval et Sorbonne Université ont établi les bases d'un programme novateur de chaires qui permettra de développer la recherche de haut niveau en synergie entre les deux universités.

Ces nouvelles chaires permettront d'attirer et de retenir des chercheuses et chercheurs de renommée internationale et de mettre à contribution la richesse des expertises des communautés de recherche des deux universités pour le bien de la société. Ce nouveau programme de chaires conjointes promouvra une recherche de pointe, la formation, l'innovation et la création, tout en ayant un impact positif sur la société. À l'image du partenariat stratégique qui lie déjà les deux universités, les critères de sélection de ces chaires porteront sur l'excellence académique et l'engagement à la collaboration.

Ce nouveau programme de chaires est une autre manière pour les deux universités de mettre en valeur leurs champs d'expertise pour en faire profiter la formation d'étudiantes et d'étudiants de tous les cycles, ainsi que la société par l'innovation.

Servant de moteur à la collaboration, ces chaires seront d'une durée de trois ans. Considérant l'importance de la collaboration entre les deux établissements dans le domaine de l'océanographie et des technologies marines, la première chaire de ce programme y sera consacrée. Son démarrage est prévu en 2024.

À l'occasion d'une cérémonie de signature où les cheffes des deux établissements étaient réunies, la rectrice de l'Université Laval, Sophie D'Amours a précisé que «collaborer avec Sorbonne Université, une institution avec une longue et riche histoire nourrie par la recherche et les savoirs, est une grande fierté. En 2021, nous scellions notre alliance avec la signature d'une convention de partenariat stratégique, qui a contribué à enrichir les collaborations, renforcer l'implication sociétale de nos deux universités et accroître leur impact international autour d'expertises communes. Aujourd'hui, nous en constatons le dynamisme en lançant un nouveau véhicule de collaboration».

La présidence de Sorbonne Université, Nathalie Drach-Temam, a renchéri: «Nous nous engageons aux côtés de l'Université Laval dans un programme de chaires de trois ans qui permettra un développement considérable de la recherche et de la formation dans toutes les disciplines qui en seront bénéficiaires.

Nous pensons ainsi attirer des personnalités exceptionnelles qui feront évoluer de façon sensible leur discipline par la qualité de leur recherche, qui, par leur exemple, formeront des jeunes au meilleur niveau de la connaissance et feront naître des vocations, qui sauront innover et transformer. Mais surtout, et c'est là une caractéristique commune à Sorbonne Université comme à l'Université Laval, nous souhaitons que ce programme ait un retentissement fort sur nos sociétés.»

À l'occasion de la rencontre entre l'Université Laval et Sorbonne Université, les deux établissements en ont aussi profité pour signer une lettre d'intention pour le renforcement de la coopération scientifique dans le cadre du Laboratoire de recherche International Takuvik. Ce laboratoire, fondé et dirigé par Marcel Babin, lauréat de la Chaire d'excellence en recherche du Canada sur la télédétection de la nouvelle frontière arctique du Canada à l'Université Laval, et directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique français (CNRS), est né d'une collaboration entre l'Université Laval et le CNRS. Cette initiative sans précédent de coopération scientifique internationale vise à mieux comprendre l'impact des perturbations environnementales actuelles, d'origine climatique et anthropique, sur les écosystèmes et les géosystèmes arctiques, marins et terrestres. Cette nouvelle entente signée par le CNRS, l'Université Laval et Sorbonne Université vise à créer les conditions favorables pour faire de Sorbonne Université la troisième tutelle de Takuvik.

Ce texte est tiré d'un article d'ULaval nouvelles.

Les cheffes des deux établissements: la présidente de Sorbonne Université, Nathalie Drach-Temam (à gauche), et la rectrice de l'Université Laval, Sophie D'Amours, lors de la signature de l'entente.