SPIRou entame sa mission d’observation au télescope Canada-France-Hawaï

Neuf mois après avoir capté ses premières images du haut du Mauna Kea à Hawaï, le spectropolarimètre infrarouge SPIRou, spécialisé dans la chasse aux exoplanètes, a reçu le feu vert pour entamer sa mission d’observation scientifique au télescope Canada-France-Hawaii (TCFH). Résultat d’une collaboration internationale à laquelle a participé l’équipe de Simon Thibault, professeur au Département de physique, de génie physique et d’optique, l’instrument a été livré au TCFH en janvier 2018. Il a depuis été soumis à de nombreux tests de performance pour s’assurer qu’il était en mesure d’atteindre les objectifs scientifiques de l’équipe internationale de SPIRou.

SPIRou a été conçu pour détecter la masse des exoplanètes semblables à la Terre en déterminant la vitesse des étoiles autour desquelles elles tournent ainsi que pour étudier les champs magnétiques des systèmes stellaires. Il observera plus particulièrement les exoplanètes rocheuses semblables à la Terre qui orbitent autour de naines rouges, des étoiles plus froides et moins massives que notre Soleil qui sont très nombreuses dans notre voisinage solaire. Cette collaboration internationale est dirigée par Jean-François Donati, de l’Université de Toulouse, chercheur principal du projet, et de René Doyon, professeur à l’Institut de recherche sur les exoplanètes à l’Université de Montréal et cochercheur principal.

Une équipe québécoise forte en instrumentation
Le Laboratoire de recherche en ingénierie optique dirigé par Simon Thibault a contribué à la conception optique du spectrographe et de la caméra scientifique de SPIRou. Il a également travaillé sur l’intégration optomécanique de la caméra SPIRou qui exigeait que les lentilles soient centrées avec une précision au micromètre près. L’équipe de Simon Thibault ainsi que le Groupe d’astrophysique de l’Université de Montréal, dirigé par René Doyon, collaborent depuis longtemps à l’élaboration d'instruments astronomiques. Ce partenariat a d’ailleurs mené à la création du Laboratoire d'astrophysique expérimentale à l'Observatoire du Mont-Mégantic qu'ils dirigent conjointement.

Pour en savoir plus sur SPIRou, consultez les articles qui se trouvent sur les sites de l’Institut de recherche sur les exoplanètes et du Télescope Canada-France-Hawaii.

Le système optique du spectrographe de SPIRou sur le banc cryogénique dans la salle blanche de l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (IRAP/OMP).