Mieux comprendre le comportement spécifique des tourbières dans le biome boréal

Le professeur en génie des eaux Daniel Nadeau et le docteur et diplômé de la Faculté Pierre-Erik Isabelle font partie des 59 chercheurs qui ont participé à une étude internationale sur les effets distincts du changement climatique entre les forêts boréales et les tourbières, qui menacent d'aggraver les feux de forêt et d'accélérer le réchauffement climatique.

Dirigés par Manuel Helbig et Mike Waddington, chercheurs à l'Université McMaster, les travaux ont permis de recueillir des données d’observation sur le biome boréal auprès de leurs collaborateurs. Leur étude, sur la façon dont les écosystèmes perdent l'eau dans l'atmosphère, est parue récemment dans la revue Nature Climate Change.
 
L’étude a révélé des différences dramatiques sur la façon dont les forêts et les tourbières régulent la perte d'eau dans l'atmosphère dans un climat qui se réchauffe, et comment ces différences pourraient à leur tour accélérer le rythme du réchauffement. Actuellement, la plupart des modèles climatiques mondiaux supposent que le biome est uniquement constitué de forêts, une omission qui pourrait compromettre sérieusement les projections, selon M. Helbig.
 
Pour tous les détails, nous vous invitons à lire le communiqué officiel ainsi que l’étude.

 

Photo: Daniel Nadeau

Photo: Daniel Nadeau