Génération Sentinelle Nord

Plus de 350 étudiants-chercheurs font leur apprentissage en recherche dans le giron transdisciplinaire de Sentinelle Nord.

Il y a quatre ans, Mathilde Poirier terminait son baccalauréat en biologie à l'Université Laval. Elle ne connaissait rien aux caméras infrarouges ni aux lentilles à cristaux liquides. Pendant ce temps, en Malaisie, l'étudiant-chercheur d'origine iranienne Davood Kalhor étudiait la robotique et l'automatisation à l'Université de Malaya. De son côté, Anastasiia Pusenkova terminait une maîtrise en physique théorique à l'Université nationale Taras Shevchenko à Kyiv, en Ukraine. Ni Davood ni Anastasiia ne connaissaient quoi que ce soit à la biologie des lemmings.

Rien ne laissait alors présager que ces trois étudiants-chercheurs, d'horizons si différents, allaient un jour se retrouver à l'Université Laval et collaborer à un projet qui permettrait de lever le voile sur un pan méconnu de la biologie des lemmings, ces mystérieux petits mammifères qui occupent une position névralgique dans l'écosystème terrestre arctique. Pourtant, grâce à la stratégie Sentinelle Nord, ils font maintenant équipe au sein d'un groupe dirigé par les professeurs Gilles Gauthier (Biologie), Xaxier Maldague (Génie électrique et génie informatique) et Tigran Galstian (Physique, génie physique et optique). Et ce qu'ils ont accompli n'est pas banal.

Ils ont conçu un système inédit qui capte et enregistre, dans la quasi-obscurité et par des froids extrêmes, des images vidéos de lemmings pendant le très long hiver arctique, alors que la vie de ces petits mammifères se déroule exclusivement dans des tunnels creusés sous la neige. Ces trois étudiants illustrent à merveille l'esprit de transdisciplinarité et de collaboration qui anime la stratégie Sentinelle Nord depuis sa création.

Pour lire la suite de l'article, nous vous invitons à consulter ULaval nouvelles.

Davood Kalhor, Anastasiia Pusenkova et Mathilde Poirier ont mis au point un système autonome qui permet de capter des images de lemmings pendant le long hiver arctique, alors que la vie de ces petits mammifères se déroule entièrement dans des tunnels creusés sous la neige. Photo: Dany Vachon