Chauffe-eau: des économies potentielles de 8%

Parmi les appareils domestiques qui assurent le confort du foyer, le chauffe-eau fait bande à part. Au cours des dernières décennies, les systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation ont tous connu des améliorations substantielles qui ont contribué à augmenter l'efficacité énergétique des résidences. Le chauffe-eau, lui, est resté essentiellement inchangé. Le résultat est que la part du chauffe-eau dans la consommation totale d'énergie des résidences, qui est de 17% en moyenne au Canada, peut atteindre 38% dans les maisons récentes très efficaces sur le plan énergétique.

Louis-Gabriel Maltais et Louis Gosselin, du Département de génie mécanique de l'Université Laval, croient qu'il y a moyen de faire mieux en misant sur un meilleur contrôle de l'appareil. «Sur le plan de la conception, le chauffe-eau est très efficace et il y a peu d'économies d'énergie à espérer de ce côté. Par contre, même un chauffe-eau très bien isolé finit par perdre une partie de la chaleur de son eau. Pour un chauffe-eau de 60 gallons, ces pertes sont estimées à 780 kilowatts/heure par année. Si on assurait un meilleur arrimage entre les périodes où l'eau chaude est produite et celles où elle est consommée, on pourrait réduire ces pertes», explique Louis-Gabriel Maltais, qui a étudié la question dans le cadre de son doctorat.

Pour poursuivre votre lecture, consultez l'article d'ULaval nouvelles.