18 M$ en recherche génomique pour la gestion des pêches autochtones nordiques et l’aquaculture

Louis Bernatchez, chercheur à l’Institut de biologie intégrative et des systèmes (IBIS) et son équipe obtiennent d’importants financements de Génome Canada pour favoriser le développement des pêches autochtones dans le Nord canadien et produire la première souche domestiquée d’huîtres dans l’Est du Canada.

Grâce à un investissement d’un peu plus de 14 M$, le projet FISHES vise à élaborer et à mettre en application des approches génomiques de concert avec les connaissances écologiques traditionnelles pour la sécurité alimentaire, la pêche commerciale et récréative et la pêche de subsistance chez les peuples autochtones du Canada, c’est-à-dire les communautés inuite, crie et dénée. Les chercheurs Jean-Sébastien Moore et Mélanie Lemire, membres de l’IBIS, font également partie de l’équipe qui travaillera sur les pêches autochtones.

Il permettra de développer des ressources génomiques pour six espèces importantes pour les communautés nordiques et d’utiliser ces ressources pour cibler des populations génétiquement distinctes, évaluer leur vulnérabilité aux conditions climatiques futures, quantifier leur contribution aux récoltes des pêcheries mixtes et mesurer la proportion de poissons issus de programmes d’écloserie dans les récoltes de subsistance. Le projet FISHES soutiendra également la cogénération de connaissances pour favoriser le développement et la cogestion d’une pêche durable et améliorera aussi notre capacité à prévoir les effets des changements mondiaux et socioéconomiques rapides sur les pêches clés dans les communautés autochtones du Nord. «À ce jour, la gestion des pêches nordiques n’a pu bénéficier des mêmes outils génomiques que ceux disponibles pour gérer les espèces du sud du pays. FISHES contribuera ainsi à rétablir une forme d’équité dans la gestion des pêches entre le nord et le sud du Canada», explique Louis Bernatchez.

En plus de cet investissement, Louis Bernatchez a reçu 3,8 M$ pour un projet de recherche impliquant Genome Atlantic en partenariat avec Génome Québec. Afin de répondre aux défis de l’industrie ostréicole au Canada, L’Étang Ruisseau Bar Ltée (ERB), principal fournisseur de semences d'écloserie d'huîtres pour l’est du Canada, s’associe avec Louis Bernatchez et son équipe pour utiliser la génomique pour produire la première souche domestiquée d’huîtres creuses américaines dans l’est du Canada.  «Les outils génomiques offrent le potentiel d'améliorer considérablement l'élevage sélectif des mollusques, mais malheureusement, la disponibilité d'outils génomiques pour améliorer la production aquacole de l'huître creuse américaine a pris beaucoup de retard par rapport à d’autres espèces d’huîtres», selon Louis Bernatchez.

Ces investissements ont été annoncés aujourd’hui par l’honorable Kirsty Duncan, ministre des Sciences et du Sport, à Saskatoon dans le cadre du concours Les solutions génomiques pour l’agriculture, l’agroalimentaire, les pêches et l’aquaculture et du Programme de partenariats pour les applications de la génomique de Génome Canada.

Nous vous invitons également à lire les communiqués officiels de Génome Québec et de Genome Atlantic pour connaître tous les détails des projets de recherche financés.

Pour connaître le second projet de recherche de l’Université Laval financé aussi par Génome Canada, nous vous invitons à lire l’article «Des chercheurs de l’Université reçoivent un financement de Génome Canada» paru dans Le Fil.

Nous félicitons chaleureusement Louis Bernatchez, de même que Jean-Sébastien Moore et Mélanie Lemire, pour ces succès!

Photo: Natasha Thorpe